journée mondiale de la lèpre
Associatif

Les symptômes de la lèpre

La lèpre est sans doute la maladie qui induit les plus graves mutilations chez l’individu atteint. Quand elle atteint les membres ou le visage et qu’elle n’est pas traitée à temps, cette pathologie aboutit à une déformation impressionnante dans ces régions. Auparavant, les symptômes sont aussi sérieux.

Les signes distinctifs de la lèpre

La lèpre est annoncée de diverses manières, compte tenu du type d’affections lépreuses, à savoir la forme tuberculoïde et celle qu’on appelle lépromateuse.

  • La lèpre tuberculoïde touche principalement les nerfs au niveau des articulations et des membres. La taille des nerfs touchés augmentent à tel point qu’on peut les palper. Sinon, la maladie se traduit par un dessèchement cutané, des ulcérations de la peau, rétractations des tendons des membres… Cette forme tuberculoïde est la plus fréquente, mais pourtant la moins contagieuse. 
  • La lèpre lépromateuse est la plus grave et la plus contagieuse, à cause de la rhinite inflammatoire qu’elle provoque (éjections nasales de gouttelettes). Pour ce qui est de ses symptômes, ils consistent en l’apparition de nodules rougeâtre et douloureux au niveau du visage et des membres (pouvant conduire à l’effondrement de la cloison nasale), de la fièvre et de la fatigue…

Tous ces signes s’accompagnent d’une réduction ou de l’absence de sensibilité dans les régions touchées. Le lépreux ne ressent pas la chaleur ni le froid, le toucher… 

Les atteintes sournoises de la lèpre

On distingue de nombreux autres symptômes, mais qui sont surtout le signe de l’évolution d’une lèpre non traitée. En dehors des atteintes nerveuses constituées de névrites douloureuses, ainsi que celles des muqueuses, la lèpre peut provoquer de graves troubles encore plus compliquées. Elle s’attaque notamment aux os et aux cartilages, et peut également atteindre les yeux pour conduire la cécité du patient. 

Mais le malade peut en même temps faire face à des atteintes viscérales. On peut notamment s’attendre à des atteintes du foie au niveau cellulaire, des dégâts au niveau des reins, ainsi de suite. Cette évolution à large spectre de la lèpre rend son diagnostic précoce hautement recommandé.

Diagnostic de la lèpre

Considérant qu’il existe deux grands types de lèpre, la reconnaissance de la maladie chez un patient se faite par deux types de diagnostics. Le premier concerne la forme  tuberculoïde dont l’analyse se base sur les critères cliniques, histologiques et bactériologiques traditionnels. En particulier pour la lèpre lépromateuse, la biopsie est aussi envisageable en phase de diagnostic, pour différencier d’autres maladies de peau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *